De Tirana à Saranda (Albanie)

Ce lundi 18 décembre, nous quittons enfin la grande ville de Tirana pour le sud. Ca fait du bien de quitter ce brouhaha omniprésent et de revoir un peu de verdure. Nous partons plein ouest pour rejoindre un temps, la route le long de la mer. C’est un peu vallonné, mais ça roule bien et les voitures se font de plus en plus rares. Par contre, nous croisons de plus en plus de chiens errants qui nous poursuivent en aboyant et montrant les dents. Heureusement nous avons toujours des cailloux dans les poches pour leur lancer et Mélanie a des claque-doigts à portée de main. Ce qui s’avère de loin le plus efficace. Nous longeons une rivière jonchée de détritus jusqu’à la mer. Ca fait « sapin de Noël », tous ces sacs plastiques accrochés aux branches des arbres au dessus de l’eau. Nous avançons bien et après un petit bout sur l’autoroute, nous plantons la tente le soir au bord d’un champs en partie inondé. La nuit est bien fraîche et humide et les températures commencent à être négatives. Heureusement, nous avons de bons duvets, mais du coup à 16h-16h30, nous sommes sous la tente et la soirée se termine de bonne heure.

Mardi, nous avons prévu de retrouver Julie, Timothée et surtout pour les garçons, Lupo le chien ! Du coup nous ne traînons pas. Nous sommes dans la plaine sur l’autoroute. C’est tout plat et nous avançons bien. Loan et Milio commençant un peu à fatiguer, nous les prenons en Follow-me. Nous mettons le turbo. Nous transpirons un bon coup mais ça fait du bien. En milieu d’après-midi, nous retrouvons nos amis cyclistes. Ils nous ont trouvés pour la nuit un « château ». C’est un bâtiment qui n’a jamais était fini (comme beaucoup ici en Albanie). Il est à l’abandon et ressemble à un château fort avec ses deux tours devants. Nous montons les vélos à l’étage et nous installons dans une des « chambres ». Après avoir calfeutré la fenêtre, nous passons une bonne soirée autour d’un apéro avant d’aller au lit. Les nuits commençant à être bien froides, nous sommes content de gagner quelques degrés dans un abri.

Le lendemain, nous continuons sur quelques kilomètres la route dans la plaine, avant de bifurquer dans les terres en direction de Gjirokaster. L’ambiance change d’un coup. Nous quittons la route toute défoncée, remplie de vieilles voitures crachant des nuages de fumée noire, pour une belle route bien lisse avec très peu de voitures. En entrant dans la vallée, nous apercevons au loin les sommets enneigés qui culminent à plus de 2000m. Ici, l’ambiance est beaucoup plus rurale. Nous croisons surtout des bergers avec leurs troupeaux de moutons et des paysans qui reviennent des champs, avec leur charrette tirée par des ânes, remplie d’herbes fauchée à la faux. C’est calme et dépaysant. Le soir, nous trouvons une maison à moitié construite, à moitié abandonnée. Nous nous installons dedans pour la nuit. Tout se passe bien, jusqu’à ce qu’au début de la nuit, alors que nous sommes couchés, deux hommes débarquent en criant dans la maison. Vite debout, nous essayons de comprendre se qui se passe, pas très rassurés, car l’homme le plus vieux brandi sa hache à la main. Au bout de quelques temps de négociation sans succès, nous leur montrons les enfants qui dorment. Là tout se calme, la magie opère et après une poignée de main, ils nous laissent pour la nuit. Après cette petite frayeur, nous pouvons nous rendormir presque tranquillement !

Au lever du jour, tout est blanc dehors. Il n’a pas neigé mais tout est bien gelé. Il fait encore aujourd’hui un superbe temps. Les belles montagnes enneigées se découpent sur le beau ciel bleu. Aujourd’hui, ça grimpe et les enfants ont un peu de mal. Nous les poussons de temps en temps, et Julie et Timothée viennent aussi les aider à gravir les fin des côtes. Ils arrivent finalement en haut, mais avec les larmes aux yeux. Heureusement une longue descente nous attends derrière qui leur font oublier un peu les montées. Tout au long de la route, nous croisons des bergers avec leurs chèvres ou leur moutons, mais aussi des poules, des cochons et des troupeaux de dindons. Ce soir, nous trouvons encore un bel abri. Une station service qui n’a jamais finie d’être construite. Nous nous installons au sous sol et Timothée nous prépare même un feu. C’est grand luxe ce soir. Le lendemain au réveil, le vent c’est levé. Il est bien fort, souffle par rafales et bien sur dans le mauvais sens. Nous faisons de belles embardées et les enfants se retrouvent à plusieurs reprises au milieu de la route. Au bout de 5km nous décidons de nous arrêter dans un café attendre que ça passe un peu. On nous accueille devant la cheminée avec de bons chocolats chauds et une pita pour les loulous. Au bout d’une heure nous décidons quand même de repartir même si le vent n’a pas vraiment faiblit. Nous essayons les follow-me, mais avec le vent, Mélanie n’arrive pas a tenir Milio. Finalement, nous prenons notre mal en patience et avançons tout doucement. A l’heure du pique nique, nous avons fait seulement 15km. Cette vallée est magnifique mais elle se mérite. En repartant, bonne surprise, le vent a faibli, mais surtout il a tourné. Nous fonçons maintenant sur les routes de montagne.²

Samedi matin, nous allons visiter la ville de Gjirokaster. C’est une ville toute en pierre avec un fort qui surplombe la vallée. Les maisons sont en pierre, les toits sont en pierre et les rue sont pavées de pierres noires, blanches et rouges. C’est joli et très pittoresque. En redescendant, nous nous faisons interviewer par la télévision locale. Mélanie répond comme elle peut aux questions des journalistes en anglais. C’est assez rigolo, on est des stars ici. En repartant nous continuons encore quelques kilomètres la vallée avant d’attaquer la côte. C’est un col à 560m d’altitude ; la montée est courte, 5km, mais assez raide. On appréhende un peu mais finalement ça se fait bien. Les garçons prennent des « têtes brûlées » pour se donner des forces et du courage ; il leur faut faire pas mal d’efforts. Après plusieurs pause on arrive tous en haut. Nous sommes largement aussi fatigués qu’eux. Encore une fois ça a été des champions !!! Maintenant nous avons une longue descente pour aller rejoindre la mer. Au bout d’un kilomètre de descente, la chambre à air de Timothée éclate. Il se retrouve sur la jante, tombe et glisse sur quelques mètres avant de s’arrêter. Il se relève avec quelques bleus mais ça va. Par contre, la jante est morte, éclatée à deux endroits. Nous partons trouver un campement le temps qu’ils réparent le tout. Le soir, nous plantons la tente au dessus du lac « Blue Eye » sur une belle pelouse verte. Nous nous réchauffons autour d’un feu sous les étoiles avant d’aller nous coucher.

Aujourd’hui, nous sommes le 24 décembre. Nous fonçons de bon matin vers la mer où nous avons réservé des lits dans une auberge de backpackers. On avait prévu que ça descendait tout le temps, mais juste avant d’arriver une belle colline nous bloque l’accès à la mer. La route est en travaux et nous grimpons cette côte sur une route toute boueuse. Arrivé au gîte, nous commençons les préparatifs de Noël : déco, courses, cuisine…

Nous préparons un bon repas : Petits fours, Poulet rôti avec légumes au four, gâteau au chocolat, papillottes… Nous passons un super réveillon avec Julie et Timothée. Loan et Milio sont naturellement super excités et ouvrent tous les cadeaux reçus dans les colis par les copains et la famille. Le Père-Noël repasse même la nuit pour apporter de nouveaux cadeaux au pied du « sapin ». Le père-Noël ne passant pas pour les parents, nous remercions nos bienfaiteurs pour vos soutiens financiers et matériels. Pour nous, tout compte et tous ces gestes nous touchent!C’est un beau Noël, original, face à la mer… que nous n’oublierons pas tout de suite.

Le 27, nous repartons en direction de la Grèce. Nous nous arrêtons l’après-midi au parc national de Butrint où nous découvrons une presqu’île remplie de ruines grecques, romaines et médiévales. Une balade très agréable qui nous donne un bon avant goût de la Grèce. En repartant, la pluie se met à tomber. Nous traversons la rivière sur une sorte d’embarcadère tiré par des câbles d’acier. Au premier village, nous cherchons un abri. Finalement, après avoir demandé, une famille nous accueille dans un abri où nous pouvons mettre les tentes. Ils nous apportent le café et des gâteaux pour les enfants. Décidément l’Albanie nous aura émerveillée jusqu’au bout.

Aujourd’hui, mercredi 28 décembre, nous gravissons notre dernière côte albanaise pour passer la frontière grecque. De nouvelles aventures nous attendent même si nous quittons avec regret ce beau et accueillant pays qu’est l’Albanie.

15 commentaires

  1. Merci encore et toujours pour ce grand recit détaillé et toutes les photos qui nous mettent dans votre l’ambiance. Tres contente de voir que vous avez passé un tres bon Noel. Pleinde bisous à vous 4 sans oublier vos amis de rencontre. Une superbe année 2018 et une belle année pleine de belles rencontres.

  2. Nous vous souhaitons une très belle année 2018.Nous suivons chaque fois avec le meme plaisir vos aventures.Merci pour vos récits de votre incroyable et belle aventure,de superbes photos qui font rever .Bonne route pour la suite de votre voyage.

  3. Bonjour,à tous les 4
    Permettez-moi,de vous souhaiter une merveilleuse année 2018…..,avec bien entendu,une excellente santé et une forme olympique pour réaliser ce magnifique projet….
    Un énorme “merci” pour ce partage et ces splendides photos…..
    Bon courage,pour la suite de votre parcours.
    Affectueusement. Danielle.

  4. merci pour ces magnifiques descriptions de votre périple… vous venez de me donner l’envie d’aller en Albanie … peut être cet été !! qui sait
    super que les enfants ont bien profité de papa noel ..
    tous mes voeus pour une excellente année 2018, pleine de nouvelles découvertes « terrestres » et « humaines » que je vous souhaite enrichissantes, pleines de bonne humeur, d’empathie et de bienveillance …
    à bientôt et avec empressement de vous lire … merci
    annemarie

  5. Bonjour mes petits cousins

    Tout d »abord bravo aux petits loups si courageux, ces deux petits gars m’impressionnent, quel courage. Vous pouvez les féliciter vos loustics (une faute de frappe transformait ce mot en « moustics » :hi hihi ).
    Vous êtes vraiment courageux les cousins et vos récits me font rêver : vous traversez de beaux paysages et rencontrez des belles personnes.
    Bisous mes 4 cousins
    Alain

  6. Bonjour à vous camarades de pédalage !!!
    On s’était croisé il y a de ça quelques mois sur le canal du Centre en France ! Nous allons pour la première fois voir votre petit blog et voyons que le voyage se poursuit avec de belles découvertes et des anecdotes plein la tête !! Nous avons continué sur l’eurovélo 6 jusqu’en Serbie à Belgrade et là avons décidé de prendre l’avion pour quitter un climat qui se faisait de plus en plus froid…la neige devait arriver une dizaine de jours après notre envol ! Nous avons donc pris la direction du continent asiatique, après avoir passé un mois fabuleux au Vietnam, nous sommes maintenant au Laos. Si vous souhaitez continuer un peu la route au Vietnam, prenez directement un visa de 3 mois…nous avons fait l’erreur de ne prendre qu’un seul mois et n’avons pas réussi à la faire prolonger d’un mois supplémentaire.
    On vous embrasse et nous sommes bien impressionnés par les exploits de vos enfants…car on sait ce que c’est les montagnes, le vent et la pluie à vélo…c’est pas franchement de la rigolade !!! Donc bravo à eux !!
    Nous vous souhaitons une belle route et tous nos meilleurs voeux en cette nouvelle année qui débute !
    Bises

    Emilie et Grégory

  7. Toujours aussi émerveilée et époustouflée par vos exploits. Les petits sont extraordinaires et ne sont pas prêts d’oublier ce Noël si particulier qui redonne de la valeur aux choses !
    Pour l’épisode « hache », quel cran !
    Je vous souhaite une très belle année 2018 pour continuer votre voyage avec sans aucun doute encore des moments très forts.
    Vos échanges avec la « population » ne peut qu’être enrichissante.Bravo.
    Elisa, Marcel (sans oublier les parents du papa), vous pouvez être très fiers !
    bisous

  8. Toujours aussi émerveilée et époustouflée par vos exploits. Les petits sont extraordinaires et ne sont pas prêts d’oublier ce Noël si particulier qui redonne de la valeur aux choses !
    Pour l’épisode « hache », quel cran !
    Je vous souhaite une très belle année 2018 pour continuer votre voyage avec sans aucun doute encore des moments très forts.
    Vos échanges avec la « population » ne peut qu’être enrichissante.Bravo.
    Elisa, Marcel (sans oublier les parents du papa), vous pouvez être très fiers !
    bisous

  9. belle année à vous, les voyageurs!
    nous venons de relever la tête de notre guidon (pour nous c’est la reconstruction de la maison, et c’est aussi une aventure, pleine de rebonds…mais moins de paysages variés!) et avons lu avec plaisir les nouvelles de vos deux derniers mois, avant de déménager!

    On pense bien à vous et on vous souhaite de profiter des petites et grands bonheurs sur votre chemin!
    grosses bises à tous et à chacun
    annabel, pierrot, noam et anouk

  10. L’aventure se corse! Les garçons toujours aussi courageux ! Voilà un noël qu’ills n’oublierontpas Là bas vous êtes à l’abri des Garros et grippes et autres virus qui nous gâchent la vie ! Bisous aux champions et aux parents…et une caresse au toutou !

  11. Merci pour cette aventure en images et si bien écrite nous vous souhaitons une bonne continuation de voyage et une très bonne et heureuse année pour toute la petite famille.
    bisous

  12. Une belle et heureuse année à toute la petite famille! Nous suivons vos exploits depuis votre départ et nous sommes toujours autant impressionnés par votre courage et les paysages que vous nous offrez!
    Merci de nous faire vivre votre formidable aventure!
    Bonne continuation en 2018!
    Helene, Anthony, Justine et Elsa ( amis d’Audrey et Francois)

  13. C’est toujours un plaisir de vous lire. Bravo les champions! Continuez à profiter, à découvrir et à nous faire voyager. On pense fort à vous. Plein de bisous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *