De Sagiada à Nikopolis

Mercredi 27 décembre, nous quittons avec regret l’Albanie et après une belle côte, nous arrivons à midi au poste frontière grecque. Les formalités sont plus que rapides et trente secondes après nous repartons avec les passeports en poche. Le premier aperçu est plutôt bon : il y a du soleil, on a gagné une heure de jour le soir et une belle descente nous attend…

Mais le beau temps ne dure pas et après le pique-nique, le temps commence à se couvrir. Par chance, quelques kilomètres plus loin, nous trouvons un « bar-camping » en bord de mer, à l’abandon pour l’hiver. On a un grand abri où installer les tentes, de l’eau, de l’électricité, des toilettes, des douches froides et une belle vue sur l’île de Corfu. Quelques degrés en plus et ce serai le paradis. Julie et Timothée sont toujours avec nous et les garçons en sont ravis. Ils peuvent voir des films avec eux et en plus il y a Lupo le chien avec qui s’amuser.
Le temps lui est plutôt changeant. Les gros nuages gris poussés par le vent, laissent la place à quelques rayons de soleil avant d’être rattrapés par de belles averses. Timothée, le « maître du feu », nous prépare une belle flambée, même si le temps s’est bien adouci. Finalement, nous resterons deux jours autour du feu à attendre que la pluie cesse un peu.
Nous ne décollons que vendredi en fin de matinée après avoir laissé passer les averses. Mais le rayon de soleil est trompeur et quelques kilomètres plus loin, nous nous retrouvons sous la pluie sans aucun abri le long de la route. Malgré les capes de pluie, nous sommes trempés quand un nuage d’eau et de grêle nous tombe littéralement sur la tête. Heureusement, il fait doux et le soleil revient vite. Nous avons le temps de sécher pendant le pique-nique. L’après midi, nous n’allons pas très loin, de l’autre côté de la ville, Igoumenitsa, car nous avons rendez vous avec Ophélie, une amie de Mélanie et mon frère Antoine. Nous nous installons dans des ruines romaines avec vue sur le port. Nous avons juste le temps d’installer une bâche au dessus de notre tête que la pluie revient à grand pas. Si on enlevait quelques degrés, on pourrait se croire en Normandie !
Une fois la nuit tombée, nous attendons l’arrivée du ferry. A 22h30, heure très tardive pour les cyclistes, nous partons chercher Ophélie et Antoine au terminal d’arrivée. Finalement, après un bon retard, nous reviendrons au campement qu’à 1h du matin.
Le lendemain matin, le soleil est enfin revenu. Julie, Timothée et Lupo nous quittent après avoir pédalé presque 3 semaines, dans la bonne humeur, avec nous. Mais nos routes sont encore longues, nous nous recroiserons sûrement ! Nous quittons le campement en début d’après midi sous un beau soleil et laissons Ophélie et Antoine aller louer une voiture pour nous rejoindre et nous suivre ensuite sur la route. Encore une grosse journée de vélo, nous nous arrêtons au bout de… 6km. Mon frère et Ophélie nous rejoignent à la nuit tombée pour une bonne soirée pleine de surprises. Ce soir, c’est grillades autour du feu et dégustation de fromages français apportés par mon frère. Dernier barbecue de l’année le 30 décembre, on ne se plaint pas !!!
Dimanche, nous reprenons un rythme un peu plus « correct » avec 42km de vélo. Antoine en profite pour venir pédaler quelques kilomètres à la place de Mélanie. La route grimpe un peu, mais la vue vaut bien le détour quand on surplombe les petites criques isolées. En fin d’après midi, après une belle côte, nous arrivons au gîte loué pour le nouvel an à côté de Ammoundia. Nous restons trois jours sur place. Le temps de fêter la nouvelle année, de se pauser et de profiter de la voiture de location pour faire quelques visites. Nous découvrons le site de Nekromanteion qui était au temps des romains le lieu de passage entre les vivants et les morts. Mais aussi la petite ville balnéaire de Parga et sa belle forteresse qui surplombe la mer. Loan et Milio sont ravis d’avoir leur parrain et leur marraine auprès d’eux pendant ces quelques jours. Ophélie leur fabrique des colliers pendant qu’Antoine joue avec eux à Coloretto.
Mercredi, nous reprenons la route pour rejoindre les parents de Mélanie du côté d’Athènes. Antoine reconduit Ophélie, qui rentre un peu précipitamment en avion pour s’occuper de ses chiens, pendant que nous pédalons vers le sud sous un beau soleil. On sent que les jours rallongent et se réchauffent enfin ! Nous trouvons un bar abrité, fermé pour l’hiver, avec une belle vue sur la mer, la plage et ses palmiers. Le soir, les garçons profitent de leur dernière soirée avec Antoine pour aller pêcher et apprendre le nom de quelques étoiles. Le lendemain, Antoine reprend le vélo avec moi pour la matinée. Dès les premiers mètres, nous nous faisons courser par une meute de chiens. Heureusement, nous avons maintenant l’habitude. Mélanie a toujours des claque-doigts a portée de main et en plus nous avons toujours des cailloux dans les poches. On nous avait dit que la Grèce était le pays des chats, mais c’est plutôt le pays des chiens. Dans tous les jardins il y a des chiens enfermés ou en laisse qui nous aboient dessus quand on passe près d’eux et partout sur la route des chiens errants qu’il faut calmer à coup de pierres. Mais bon, on finit par s’y faire et même les garçons qui avaient une peur bleue des chiens avant de partir, commencent à s’habituer.
Nous retrouvons Mélanie 15 km plus loin à Nikopolis pour une balade autour des ruines de l’amphithéâtre, du stade et des thermes romains. Ce n’est pas en très bon état, mais on commence déjà à se sentir un peu en Grèce. L’après midi, je pédale une dernière fois avec mon frère avant de trouver un lieu pour passer la nuit. Nous prenons un dernier apéro ensemble, puis il repart en voiture pour son long trajet de 48h vers Montpellier. Une nouvelle fois, on se sent seul. On mange en silence face à la mer avant d’aller se cacher sous nos duvets.
Maintenant, il nous faut reprendre un rythme un peu plus intense, car nous avons qu’une semaine pour rejoindre les parents de Mélanie près d’Athènes à 350 km de là ! Alors direction le sud…

 

13 commentaires

  1. Merci encore pr cette belle balade et ce bon temps à vous lire…Joyeuse année 2018 pleine de surprises et de belles rencontres…portez vous bien

  2. Merci pour toutes ces images, ces impressions, et tout le reste. C’est sûr, on serait mieux avec vous sur nos vélos au lieu d’être sous cette pluie triste et routinière 😐. A plus loin….

  3. J’adore ! J’ai piqué qq photos pour les dessiner (Nikopoli et Mélanie qui croque). En tous cas, vs avez tous bonne mine. Ça faut plaisir à voir. Gros bisous

  4. Superbes photos les copains 👬. Beau récit des aventures… Bref on est toujours fan… On espère que vous avez visité plein de beaux lieux avec Papy et mamie… Plein de bisous à vous tous.

  5. Toujours aussi fan de vos commentaires et de vos photos. Nous traversons les differents pays avec vous (en pensées). Nous vous souhaitons un temps plus doux pour la suite et de toute manière ce sera mieux que nous. Nous battons des records de Non Ensoleillement….et de pluie. Bisous à vous 4

  6. Encore une belle balade avec vous, avec des récits toujours aussi captivant 😉. C est vrai que vous avez meilleurs mines sur les photos 😉 gros bisous et a très vite

  7. Une bonne année à vs quatre désolée du retard , une très bonne santé et tjrs pour vous la même motivation pour ce grand voyage merci pour la lecture tjrs aussi agréable de vous lire , nous avons fait un repas peinture hier soir tout le monde pense bien à vs bisous à plus….cat

  8. On vous suit en même temps que Julie et Timothée (et Lupo). Toujours sympa d’avoir encore plus d’images. Et on salue le courage de vos 2 garçons.
    Bonne route à vous 4.
    Annick et Stéphane (les parents de Julie)

  9. MERCI pour ce nouvel article, ça nous fait toujours plaisir de vous suivre d’un peu plus près et on aimerait que les articles et vidéos durent toujours un peu plus! Les photos sont très chouettes aussi. On vous embrasse fort! Marion et Antoine

  10. Avec un peu de retard, tous mes voeux pour l’année 2018 : du courage, de belles routes, de belles rencontres et de trè_s beaux souvenirs. Moi vous me faites rêver.
    Bisous les cousins.

  11. Bon courage à vous…..Merci,de me faire voyager…..Toujours aussi émerveillée par ces magnifiques paysages…..
    Bonne continuation à vous 4 . Amicalement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *