De Montpellier à Pertuis

Voilà maintenant une semaine que nous sommes à Montpellier. Demain c’est le jour de départ, et nous ne sommes pas vraiment prêts. Il faut dire que ces 10 jours n’ont pas vraiment été de tout repos que ce soit physiquement ou psychologiquement. Du coup, nous ne sommes pas tout à fait au point pour le départ et je me rends compte que nous n’avons pas du tout fait ce qu’il fallait pour repartir dans les meilleures conditions. Heureusement nous avons pu quand même régler nos soucis techniques. Pour la tente, nous en avons acheté une autre, la « Papa Hubba » de MSR, spacieuse et légère. Avec un nom comme ça, elle ne peut que être fonctionnelle et douillette. Et en plus elle a l’air solide !!!

Pour les béquilles, les choses ont été un peu plus compliquées. Une béquille pas trop lourde et surtout très solide ce n’est pas une mince affaire. Du coup, avec mon frère Antoine nous décidons de fabriquer une pièce soudée, à fixer sur la base de l’ancienne béquille. Après quelques heures de boulot, nous essayons l’engin, un peu lourd mais ultra solide. Et là…. Paf ! La béquille se casse au dessus. Echec ! On m’avait parlé de béquille de mobylette, du coup je pars pour une casse moto essayé de trouver mon bonheur. Heureusement, le patron est très sympa et m’explique que ça ne tiendra jamais. Par contre, avec une béquille de vélo électrique ça pourrait le faire. Finalement, après quelques magasins, je reviens la veille du départ avec des béquilles en acier pour vélo électrique, qui ont enfin l’air solides et efficaces … Inch’allah ! On vous tiendra au courant.

Dimanche matin, 10h, la famille est prête pour nous accompagner quelques kilomètres, Alex, Bruno et Audrey, les amis ainsi que les voisins sont là pour les aurevoirs. Nous reprenons la route en sens inverse, Carnon… la plage du petit travers… Les garçons et leurs cousins Mathis et Elie foncent sur les voies vertes. Nous nous arrêtons pique niquer sur la plage où ma sœur Fanny et Delphine nous rejoignent. Tout le monde a du mal à repartir. Finalement, mes parents et le reste de la famille nous suivront jusqu’à la Grande Motte. Nous nous quittons après un goûter aux jeux, sachant que l’on devrait se revoir dans pas trop longtemps.

Nous reprenons les voies cyclables connues jusqu’à Aigues-Mortes. Pour le campement, nous trouverons tout prêt de la tour Carbonnière, un endroit pour tester la tente dans une petite forêt de pins. Nous en avons déjà pleins les pattes malgré le peu de kilomètres fait dans la journée. Alex nous rejoins en début de soirée avec la glacière et l’apéro dans le coffre (merci à sa maman pour les bouteilles d’eau!). Nous passons une bonne soirée au calme, bien agréable ! Niveau tente, nous testons l’étanchéité avec des petites averses tout au long de la nuit. Le matin nous allons nous réfugier sous le pont d’à côté pour prendre le petit déjeuner au sec.

Nous reprenons la voie verte jusqu’à Galician. Heureusement, ce ne sont que quelques gouttes qui nous accompagnent la matinée. A partir de là nous choisissons de prendre de nouvelles routes et d’éviter les pistes. Nous arrivons en début d’après midi au sud de St Gilles. Dans le dernier village traversé, nous n’avons pas trouvé d’eau pour en avoir assez le soir. Le prochain point d’eau doit être à Arles, ce qui nous fait 15km, plus sortir de Arles, plus trouver un coin au dormir. Donc encore 20 à 25 km. Nous ne sommes pas vraiment motivés car nous sommes déjà fatigués et toujours pas remis du séjour à Montpellier. Nous trouvons finalement un camping sur la route : le Crin Blanc. Les gens sont très sympas, ils nous ont déjà vu dans l’autre sens il y a 10 jours. Nous nous installons sur une belle petite parcelle quand un monsieur dans sa petite voiture de golf nous arrête : « Stop ! Arrêtez tout ! Ne mettez pas la tente ! » Nous ne comprenons pas très bien ce qui se passe d’un coup. « Ils ont prévu de la pluie ce soir, du coup la direction a décidé de vous offrir un mobil home ! ». Nous voilà 10 minutes plus tard installés sur la terrasse, dans un mobilhome tout beau tout propre. Les garçons vont jouer aux jeux puis faire un saut dans la piscine. Nous apprécions d’autant plus les lieux quand en fin de journée la pluie se met à tomber. Encore merci au camping pour cette bonne nuit.

Le lendemain, nous quittons la Camargue en passant Arles, pour rejoindre la plaine de Crau. Le vent souffle fort depuis ce matin, nous avons à certain moment un peu de mal à avancer. Heureusement nous varions entre vent de côté un peu en face et de côté un peu de dos. Pour trouver un lieu pour dormir ce soir ce n’est pas très simple. Ici tout est privé et entouré de grillage. Nous trouverons quand même un endroit juste assez grand, un peu protégé du vent, le long d’un canal. La nuit ne sera pas très reposante avec des rafales de vent toute la nuit à 40 km/h.

Mercredi, le Mistral souffle toujours aussi fort. La route est un peu monotone : 25 km de plat, tout droit le long de l’autoroute ! Dans l’après midi, nous passons Salon de Provence et nous allons boire un coup sur une petite place de Pélissane entourée d’une exposition de photos de visages en plein air de l’artiste « JR ». Ca y est, nous sentons que nous sommes en Provence, avec les petites places ombragées, les accents du sud et les mas en Pierre. Nous repartons en direction d’Aix par une petite route qui zig-zag entre les vignes. Autour de nous des forêts entières ont été carbonisés par les incendies de cet été. Rapidement nous cherchons un lieu pour dormir, mais cette fois ci, ce ne sont pas les propriétés privées qui nous arrêtent mais les interdictions de passer dût aux incendies. Nous poussons donc un peu plus loin, mais la route monte d’un coup et nous passons de 10m à 180m d’altitude en pas longtemps. Nous nous posons en haut bien fatigués. Ce n’est pas vraiment discret mais il y a assez de place pour mettre la tente et le panneau d’interdiction de circuler a été arraché. On ne devrait donc pas nous embêter. Dans la nuit le vent se calme enfin, mais nous commençons à sentir que nous arrivons en automne. Le lendemain, direction Aix en Provence. La matinée ne fait que grimper mais nous avons la récompense ensuite avec 10km de descente. Nous continuons notre tournée des Décathlon de France pour faire quelques emplettes. Nous remontons enfin dans le centre ville d’Aix. C’est très sympa, bien animé et agréable. Le soir, après être allé récupérer Louise et Sacha à l’école nous allons passer la soirée chez mes cousins Marie et Damien. Nous passons une bonne soirée où nous mangeons vietnamien, un avant goût ! Vendredi, nous prenons la direction de Pertuis où nous attend ma sœur Marion. Le départ d’Aix est un peu rude avec une belle côte, bien raide, une rue assez étroite et des voitures partout. Nous montons toute une partie de la matinée. Les enfants ont un peu de mal au début, mais ils arrivent à chaque fois en haut des côtes. Mais plus les kilomètres avancent plus ça leur semble facile. Je pense que dans quelques mois nous auront du mal à les suivre dans les côtes. Arrivés en haut, à plus de 400m, ils sont bien fiers et surtout content de voir la belle descente qui s’annonce.

Nous arrivons chez Marion en début d’après midi. Alex vient une dernière fois nous rejoindre pour une bonne soirée. Maintenant, nous essayons de nous mettre à jour avant de partir « vraiment » vers l’aventure. Samedi soir, c’est Carine et Thomas qui viennent passer la soirée avec Lilie. Maintenant nous avons avons hâte de partir, de quitter enfin la France découvrir d’autres pays.

13 commentaires

  1. De tout coeur avec vous. Votre voyage est long et un peu périlleux, alors prenez bien soin de vos équipements et partez que lorsque vous êtes vraiment prêts pour réussir votre projet que je trouve extraordinaire. Gros bisous les cousins

    1. Merci François. On devrait être pas mal cette fois ci. Pour info pour la guitare, ca y est j’ai trouvé une housse de sac à dos à mettre dessus. Bon j’ai pas encore testé sous une grosse averse mais ça devrait le faire! Bisous à la famille. Flo

  2. Alors que les cours de peinture ont repris, tu es, vous êtes!, souvent dans nos pensées.
    Bon courage et que cette aventure vous apporte beaucoup de joies. Bises

  3. Bon courage pour la suite de l’aventure… Contente 😊 d’avoir de vos nouvelles. Toujours des photos sympas. On parle souvent de vous. Gros bisous. A bientôt 🔜

  4. Bonjour chère famille. Toujours beaucoup de plaisir à vous lire. C’est sûr que 10 jours en famille, ça fait du bien et aussi du mal. Vos textes sont très bien faits et nous mettent bien dans le contexte surtout quand on fait du vélo. Après toutes ces péripéties, j’espère bien que tout se passe le mieux du monde pour vous (tente, béquilles, guitare….). Bonne route, le vélo s’est bon pour vagabonder aussi bien sur route que dans la tête.
    Ce WE, après plusieurs semaines dans les chaussettes, nous nous sommes faits un super WE sur les routes de la Somme(Amiens et ses environs), le bien que ça fait est super appréciable.
    Bonne route et à plus loin😊

  5. J’espère que vous avez trouvé la solution pour vos béquilles.
    Le grand départ arrive prenez soin de vous,toujours du plaisir d’avoir de vos nouvelles les garçons ont des mines réjouies.
    Gros bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *