De Pertuis à Menton

Ce matin, je sors le nez de la tente. Le temps est encore un peu brumeux et le ciel assez bas, mais un beau disque rouge vif sort de la mer pour nous souhaiter une belle journée. Les montagnes italiennes sont là à portée de main à quelques centaines de mètres et en contre bas la vielle ville de Menton nous illumine de toutes ses couleurs. Bon ça, c’est le côté idyllique ! mais pour arriver à ce camping qui surplombe la ville, c’était une autre histoire. Reprenons à Pertuis chez Marion et Antoine, ma sœur et mon beau-frère.

Le plan de départ est de rester vendredi et samedi soir, et de repartir dimanche matin de bonne heure. Finalement, Alex vient nous voir vendredi soir pour un dernier au revoir et Carine, Thomas et Lylie, mes cousins, viennent manger samedi soir. Nous passons deux bonnes soirées bien sympas, mais dimanche matin arrive vite et nous avons encore pleins de choses à faire. C’est pas grave nous avons décidé de prendre notre temps;nous restons donc une journée de plus à Pertuis.

Lundi matin, un dernier coucou à Marion qui aurait bien aimé nous accompagner mais qui ne peut pas avec son pied dans le plâtre. Nous prenons maintenant plein Est en direction de l’Italie. A peine partis, nous nous retrouvons au milieu d’un troupeau de chèvres avec le jeune berger qui les amène au pâturage. Cette première journée est plutôt cool, nous longeons une partie du canal puis une ancienne voie ferrée. Après un bivouac au milieu des vignes, nous continuons à grimper tranquillement, puis de plus en plus. Nous rencontrons Brigitte une cycliste, instit à la retraite, qui depuis 4 ans part faire un tour de France à vélo pour aller voir ses 7 enfants. Un beau projet ! Vers la fin de la journée, Loan fait une chute en pleine descente à 30 ou 35km/h. La sacoche de guidon s’arrache, la fixation se casse mais heureusement il n’a que des égratignures. Le soir, nous galérons à trouver un lieu de campement. Nous arrivons dans le var, c’est vallonné et surtout il y a des constructions partout. Nous finirons par trouver un petit emplacement au bord d’une petite route. Il n’y a quasiment aucunes voitures, mais nous attendons quand même le soir pour monter la tente. A peine la tente installée, un homme passe en vélo avec sa fille. Il nous propose de mettre la tente dans son jardin, mais c’est un peu tard. Tant pis se sera pour la prochaine.

Mercredi 27 septembre nous prenons la direction de Draguignan. Nous empruntons une ancienne voie ferrée transformée en voie verte. C’est agréable et nous évitons les dénivelés. Nous prenons même des tunnels pour cyclistes. L’après midi ça se corse, nous grimpons, grimpons. C’est fatiguant mais ça se fait bien. Nous traversons Draguignan et suivons l’itinéraire indiqué par le GPS. Nous essayons de nous éloigner un peu de la ville pour trouver un lieu tranquille ou planter la tente. Malheureusement c’est encore construit partout. Au bout de quelques kilomètres nous arrivons à une barrière. « Zone militaire, défense absolue d’entrer » ! Bon super. Les petits sont crevés, pas moyen de planter la tente… Il ne nous reste plus qu’à faire demi-tour, tout redescendre et tout remonter ensuite. Belle perspective ! Finalement on voit un joggeur qui passe la barrière pour aller courir. Je lui court après pour savoir si on peut passer. C’est un ancien militaire à la retraite. Il nous dit que c’est interdit mais il veut bien nous accompagner à une autre sortie pour éviter aux enfants un gros détour. Nous avons le droit aux consignes comme un vrai militaire : « Attention, on y va doucement. Restez bien derrière moi car on peut croiser des camions de transport de troupes ou des chars ». Ok nous sommes prévenus. Nous le suivons donc jusqu’à la prochaine sortie. Nous nous retrouvons sur la route nationale mais nous avons évité pas mal de kilomètres de détour. Du coup nous décidons de donner encore quelques coups de pédales pour atteindre un camping. Vu la fatigue, le camping Les Blimouses, et surtout sa piscine avec toboggans rien que pour nous, nous décidons de rester 2 jours pour se reposer et bien en profiter.

Nous repartons en forme pour affronter les côtes varoises. Le paysage est magnifique mais très escarpé. ça monte, ça descend toute la journée pas un moment de plat. Le soir nous arrivons à Tignet, mais toujours aucun endroit pour dormir. Des grandes propriétés longent la route. Ici tout est privé. Nous arrivons finalement sur un chemin caillouteux et très pentu. Après quelques mètres, nous trouvons enfin le lieu idéal. Nous sommes bien fatigués mais la vue est superbe. Nous surplombons toute la vallée et nous sommes au milieu de la nature. Le lendemain, nous reprenons le chemin, les mains sur les freins en dérapant sur les cailloux. Puis nous prenons la direction de la mer, de Cannes où nous attend un colis pour réparer la sacoches de guidon de Loan. ça se fait bien et nous retrouvons enfin le plat. Après un pique-nique sur la plage, nous prenons la direction d’Antibes. Çà roule bien et les voitures font bien attention à nous. Nous savons qu’ici nous ne trouverons aucun endroit où planter la tente, du coup nous nous dirigeons vers un camping. Arriver devant, une grande barrière nous barre l’entrée. Ça à l’air fermé. Nous sonnons… Rien. Nous sommes prêts à faire demi-tour quand la barrière s’ouvre. Nous avons l’impression d’arriver dans un film d’Emir Kusturica. Finalement nous sommes super bien accueillis et les gens sont adorables. Le camping est simple, pas cher et il y a tout ce qu’il nous faut. Je fais les quelques réparations pendant que Mélanie fait la lessive. Nous repartons le lendemain en direction de Nice sur une belle voie cyclable. Arrivés à midi sur place, nous décidons de continuer sachant que ce sera difficile de trouver un lieu ou dormir. Au pire, nous avons une adresse de camping à Menton. La première partie de la route se passe bien. Ça monte et ça descend mais c’est joli. Puis nous arrivons à Monaco, la ville où tout est construit les choses les unes au dessus des autres ,au milieu des travaux et rapidement nous nous retrouvons face à deux tunnels interdits aux vélos. Nous passons donc à pied sur les côtés en espérant rejoindre la route plus loin. Après 500m, nous voilà 4 étages au dessus de la route que nous cherchons à rejoindre. Mais ici, n’oublions pas c’est le luxe, où une voiture sur deux est une Porche, une Ferrari, une Maserati ou une Lexus. Du coup, les vélos doivent prendre un ascenseur pour passer d’une rue à une autre. Deux ascenseurs plus tard nous rejoignons la route et nous nous retrouvons sur la ligne de départ du grand prix de Monaco. Maintenant, il faut encore sortir de la ville. Ça grimpe à fond, les routes passent les unes sur les autres et nous sommes en plus en heure de pointe. Les enfants sont rincés, nous les aidons à pousser et porter les vélo jusqu’en haut. Enfin, nous sortons de cet enchevêtrement de routes et descendons vers la route du bord de mer. 10 km plus loin, nous arrivons à Menton. Maintenant il n’y a plus qu’à atteindre le camping. On regarde sur la carte et mauvaise surprise, il est au dessus de la ville à 100m au dessus de la mer. C’est reparti sur les vélos, mais nous nous retrouvons face à des escaliers. Je monte en au voir si c’est bien ouvert et comment l’atteindre. Ce sera finalement par une petite route en lacet qui contourne la colline. C’est vraiment galère. Nous poussons les enfants à tour de rôle puis redescendons chercher nos vélos jusqu’à enfin atteindre le camping. Heureusement, nous sommes bien accueillis

et la vue est splendide. Nous décidons de faire une journée de break bien méritée.

C’est donc après 1500 km, 2000m de dénivelés positifs en une semaine, que nous nous apprêtons à quitter notre belle France pour l’Italie. Ciao !!!

21 commentaires

  1. Je suis ravie d’avoir de vos nouvelles, les loulous sont magnifiques ( sur le vélo 🚴 où
    Au travail scolaire.)
    Merci de nous montrer ces belles photos ainsi que les aquarelles et dessins de Melanie.C
    + le narrateur qui nous si bien votre parcours .
    Courage à vous
    BISOUS 💋💋💋💋

  2. Coucou !
    J’espère que Loan va bien et qu’il n’a pas trop souffert de sa chute. Il en a fallu du courage avec tous ces dénivelés positifs ! Bravo aux garçons !
    Les paysages semblent magnifiques, de beaux dessins en perspective !
    Bon courage pour la suite de vos aventures !
    Nous pensons bien à vous !
    Céline Doligé

    1. Merci pour vos messages que les garçons aiment lire. Loan va bien, aucunes égratignures!les sacoches ont amorti la chute.par contre il s’inquiète pour son copain Aymeric qui n a pas le moral et ça rend loan triste.

  3. Nous sommes les personnes que vous avez croise lorsque vous cherchiez le camping st Michel à Menton nous avons été très content de vous rencontrer nous vous souhaitons bonne continuation et bonne route à vous Quatre nous continuerons à vous suivre ainsi
    Dans vos aventures ,félicitations et bonne chance
    Amicalement Bernadette et Jean

  4. Vous partiez pour une grande aventure. ..cela commence fort!bravo pour le courage de l’équipe ! Bon courage pour la suite. Bisous à vous

  5. Coucou 👋, toujours de magnifiques photos et dessins… Il faut dire que le paysage s’y prête bien… Malheureusement c’est vrai que c’est un bord de mer où le luxe est roi… Je vois que les garçons sont super courageux… J’espère que Loan n’a pas eu trop peur et trop mal suite à sa chute… Pour Aymeric c’est dur en ce moment sans son meilleur ami.. Il s’est un peu exprimé hier car il était en colère 😡. Bref, on vous souhaite une bonne route vers l’Italie. Prenez soin de vous et profitez bien des paysages. Gros bisous. Aymeric et. Chrystelle

    1. Coucou Aymeric. Tu me manques aussi. J’espère que tu te feras de nouveaux copains à l’école. Comme on t’as laissé nos toupies, on a du en fabriquer avec des bouteilles. On pense très fort à toi. Loan

  6. Merci à vous pour ce partage de votre belle aventure en famille .
    Je vous admire et surtout les enfants qui sont super courageux .
    Vous êtes un
    exemple .
    Bonne route

  7. Étape rude
    Nos encouragements pour la suite
    Flo est un super romancier
    Superbe aquarelle et le dessin un bel exemple pour nous
    😘😘😘🚴🚴🚴🚴

  8. coucou magnifique reportage captivant avec de superbes photos , j èspère que Loan s’est bien remis de sa chute pense bien à vous tous vivement la suite bisous .

  9. Hé bien ca en fait de la belle grimpette tous ça, vous allez avoir de très jolies mollets 😉 En tous cas bravo à vous et aux petits gars!!! Et bon courage pour la suite. Biz

  10. Je reprends le roman d’aventures à un nouveau chapitre. Récit idyllique, en effet, au début du texte mais qui se corse au fil de la lecture. Il en aura fallu du courage, de la détermination et des muscles pour atteindre ce petit bout de France, tout en bas, à droite. De très beaux textes pleins d’anecdotes, des photos géniales agrémentés de dessins, nous autres lecteurs sommes gâtés. Merci beaucoup et a plus loin…..

  11. Coucou vous 4, que vous êtes courageux……! Quand je pense qu’hier j’ai reporté ma séance de course à pied car j’étais fatigué….je lis votre récit et j’ai honte! D’ailleurs le Narrateur est vraiment au top, super! Mélanie, vous êtes passés par Nice et le frère de Samba y habite! Comment avons nous pu louper ça! C’est pas faute de l’avoir lu et relu votre projet!!!! La photo de la plage, c’est à Cannes, pendant notre discussion, si je ne me trompe pas! Arrivederci a ben presto! Bonne route! Bisous bisous

      1. Ce n’ est pas grave.Nous avons fait de belles rencontres au camping.et puis vous ne saviez pas où nous étions ! Plein de bisous

  12. Plus je lis vos aventures, plus vous m’épatez mais surtout vos 2 gars. Ce sont de vrais champions ! Et quel courage à leur âge, je ne suis pas qu’à cet âge, j’en aurai fait autant.
    Si le photographe (ou les photographes ?) fait de belles photos des lieux traversés, j’espère qu’ils inspirent autant la dessinatrice Mélanie. J’attends avec impatience le carnet de voyage que vous allez réaliser en famille. Gros bisous mes cousins aventureux !

  13. Salut les aventuriers !
    Que de beaux paysages, de belles rencontres et de péripéties !
    Que de plaisir à vous lire et découvrir un petit échantillon de tout ce qui défile devant vos yeux !
    Hâte de parcourir avec vous les pays qui vont suivre…
    Vous nous manquez !
    Pleins d’énormes Bisouxxxxx à vous 4 de nous 4…
    Ps : Hugo adore vos vidéos les garçons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *